Accueil > Films > La montagne magique > Biographie

En salles le 23 decembre 2015
LA MONTAGNE MAGIQUE
un film de
ANCA DAMIAN
Avec la voix de Christophe MIOSSEC


2015 - DCP - 5.1 - 89mn
Roumanie/Pologne/France
animation couleur / VF
N° de visa : 140.091


prix / festival
SÉLECTION OFFICIELLE - Séance événement - Annecy 2015 ||
COMPÉTITION – Mention spéciale du jury – Karlovy Vary 2015 ||
GRAND PRIX / LICORNE D'OR – Amiens 2015 ||
SÉLECTION aux festivals de Gdynia, Namur, Arras, festival du film d’histoire de Pessac, Kinopolska, Fantoche, Milan, Ottawa, Helsinki, San Sebastian Zabaltegi, Vancouver, Busan Wide Angle, Haïfa, Chicago, Leipzig Dok, Mostra de Sao Paulo, Bucheon, Cottbus, Gijon et Washington en 2015, Göteborg en 2016 ||
PRÉSENTATION aux rencontres des cinémas d’Europe d’Aubenas, au Carrefour du Cinéma d’animation du Forum des Images, au festival d’animation de Bruz et de Montréal (film d’ouverture) en 2015. ||


PRESSE
Rachel Bouillon // +33 6 74 14 11 84
rachel.bouillon@orange.fr

Coordination associations & promotion
Marie-Anne Somda // +33 6 63 30 34 35
marie.somda@gmail.com

synopsis
Polonais réfugié à Paris dans les années 60, la vie aventureuse de Adam Jacek Winkler prend un tournant radical dans les années 80. Se rêvant chevalier du 20ème siècle, Jacek quitte la France pour combattre les soviétiques aux côtés du commandant Massoud en Afghanistan.

voir toutes les photos





voir le film annonce
Adam Jacek Winkler
A. J. Winkler est né à Torun (Pologne) en 1937. Individualiste, il a peu de considération pour les règles établies, mais s’applique à lui-même des principes de vie sacrés, en toute indépendance.
Courageux, il agit parfois sur des coups de tête, avec amateurisme.
Ironique, il s’inspire de Kozoliek Matolek , personnage populaire de la littérature polonaise enfantine, à la personnalité naïve, mais passionnée.
Enfant de la seconde guerre mondiale, il assiste à la résistance antinazie des Polonais. Il a deux ans quand quatre mille officiers polonais sont exterminés à Katyn par l’Armée Rouge. Il y perd des membres de sa famille. Très vite, il saisit l’importance de la lutte de l’AK (Armée territoriale) contre les bolchéviques et prend conscience de l’action du sinistre UB (Bureau de Sûreté Publique) et de ses chambres de torture.
Anéanti par la liquidation de la résistance antisoviétique polonaise et poussé par son esprit d’aventure, Adam Jacek Winkler quitte la Pologne communiste en 1965. Il s’établit à Paris où il travaille au noir, comme peintre en bâtiment, esprit d’indépendance oblige. Actif et activiste, il prend part à la lutte contre le communisme, le plus souvent en solitaire, avec ses propres moyens. Il s’associe parfois à des groupes organisés par des réfugiés de l’Est, mais ne s’y rallie pas. Au début des années 80, lorsque Solidarnosc triomphe, il s’éloigne du combat. Il n’adhère pas à ces mouvements de foule, et lui-même ne se réclame pas du prolétariat. Il lui semble que la lutte anti-communiste a vécu.

En 1979, l’armée rouge envahit l’Afghanistan. La résistance du peuple afghan le fascine. Très rapidement, il quitte la France et sa famille et rejoint les zones de combats aux côtés du Commandant Massoud. Ce sera l’aventure de sa vie : le monde dans lequel il pénètre est structuré selon des lois qu’il ne soupçonnait pas. Il s’attache viscéralement à cette terre et à ses hommes. Les moudjahidines lui donnent le titre d’Adam Khan (le Commandant Adam).
L’épisode afghan s’achève avec l’assassinat de Massoud, deux jours avant le 11 septembre 2001. Quelques mois plus tard, Adam Jacek Winkler meurt à son tour sur le Mont Blanc, au cours d’une ascension en solitaire.
Tout au long de sa vie, Adam Jacek Winkler a produit de nombreux essais artistiques, bien qu’il ait lui-même détruit la grande majorité de ses oeuvres. Les dessins et peintures naïves qui lui ont survécu nous offrent une lecture inédite de son existence. Ces peintures, les photos qu’il a prises lui-même en Afghanistan, ont été une grande source d’inspiration pour La Montagne magique. Une grande part d’entre-elles a été utilisée dans le film.